Les fausses croyances des dentistes face à une blessure du nerf trijumeau

La neuropathie iatrogène du trijumeau, un sujet si mal connu

La neuropathie du trijumeau est mieux maîtrisée par les patients que par les praticiens en France, pourquoi, car les futurs dentistes reçoivent leur enseignement de professeurs qui en sont encore à l’heure de l’ignorance totale du sujet. Ils enseignent de ce fait une somme de fausses croyances qui condamnent le patient à une douleur très intense à vie. (Alors que le patient fait des recherches pour comprendre l’origine de sa douleur qu’il sait bien réelle et physiologique). Ils ne lisent manifestement pas les publications scientifiques qui foisonnent sur les sites tels que Pub Médical, Pain Journal (des références médicales et scientifiques réactualisées…la science avance, le savoir des professeurs devrait suivre

Quelles sont ces fausses croyances:

– un nerf trijumeau lésé ne se répare pas. Au contraire, la douleur s’accentue et ne se gère que très mal, avec de plus en plus de médicaments très lourds. Si les professeurs ne voient plus les patients en consultation, ce n’est pas parce qu’ils vont mieuxet que le nerf est réparé, mais parce que les patients sont lassés de constater qu’ils font face à autant d’ignorance…ils savent qu’ils ne recevront pas l’aide dont ils ont besoin pour gérer leur quotidien…que les neurologues spécialisés, eux, annoncent comme définitivement installé

-la cause de la douleur n’est pas liée à une personne faible émotionnellement, la personne devient fragile de part l’intensite de la douleur et la maltraitance de ces dentistes qui nient la douleur

-la douleur n’est, très vite, plus uniquement une douleur orofaciale dentaire, mais la cascade inflammation/douleur neurologique gagne vite l’ensemble du nerf trijumeau, en regardant une planche anatomique on s’aperçoit des superpositions de douleurs depuis la peau, la bouche bien sûr, le nez, les sinus, l’oeil, le front, le cuir chevelu, le conduit auditif, …bref…anatomie à revoir…

-et bien sûr, SI, LE NERF QUI EST BLESSÉ EST BIEN LE NERF TRIJUMEAU, anatomie à revoir, car ça c’est une remarque que nous entendons souvent….non, ce n’est pas le nerf trijumeau.., lorsque nous parlons de douleurs irradiantes, de type pic à glace dans l’œil, SI, C’EST LE NERF TRIJUMEAU, nous patients, entendons des erreurs énormes de connaissances anatomiques…au quotidien, de la part des dentistes, et des neurologues d’ailleurs… pour un peu plus de finesse, un patient qui vous dit avoir mal dans la nuque en association avec les douleurs faciales iatrogènes ….OUI, c’est le nerf trijumeau, qui possède un noyau relais au niveau de la 2ieme cervicale, dans la moelle épinière. ( ça, c’est même un expert d’assurance, chirurgien maxillo-facial qui m’a soutenu que ce n’était pas vrai…expert…)

-aucune chirurgie n’est envisageable…pas de retour en arrière, une chirurgie est même proscrite par les neurologues spécialisés èn neuropathie du trijumeau…à quand une communication entre neurologues et dentistes…car proposer à un patient une chirurgie qui n’est pas appropriée les condamne à d’avantage de douleur.

-les médicaments qui marchent dans 76% des cas pour les névralgies (pas d origine dentaire), ne marchent que chez 11% des patients souffrant de neuropathie iatrogène.

-proposer au patient d’attendre que le nerf se répare est simplement une perte de chance qui devrait être lourdement condamnée , car les données actuelles de la science démontrent le contraire.

– Les centres anti douleur ont forcément une solution pour nous est une fausse croyance…la douleur est d’une telle intensité, il ne faut pas se leurrer, l’autohypnose, le coloriage ou le macramé ne peuvent nous faire oublier notre douleur..

Au quotidien, je fais face à des personnes qui confirment ce que je cite ci dessus: les patients démunis de lire les publications traduites sur ce blog qui ne collent pas du tout au diagnostic autoritaire et condamnant des dentistes; des étudiants en dentisterie, qui ont choisi cette voie par passion de bien faire, qui se renseignent et recherchent…mais doivent prendre la Parole du professeur pour plus sérieuse que des wagons de patients témoignant sur un blog »..fut il même étayé et pavé des preuves scientifiques… pour ces étudiants- je dis bravo, car la science c’est l’ouverture…surtout continuez à écouter avec une oreille attentive…et à douter juste assez de TOUTE SOURCE (le professeur en étant une)…grâce à un esprit toujours énormément en alerte…telle que la définition de la science le suggèrerestez curieux…toute avancée en médecine s’est faite grâce à l’ouverture d’esprit et la curiosité, ne soyez pas des moutons, soyez des dentistes en pleine capacité de leur moyens et de leur bienveillance!!!

.Et pour finir par une note d’humour….même si sourire est douloureux lorsque l’on souffre de neuropathie du trijumeau…plaisanter fait du bien au moral »..

Si Hippocrate Savait

Le Système Immunitaire et Inflammation Neurologique: Complices de Crime. Traduction de Publication Scientifique

Dans certains articles precedents, j’évoque rapidement les cellules microgliales, qui se développent de manières anarchiques en cas de lésion (iatrogène ou non) du nerf Trijumeau. Ces memes cellules sont également trop nombreuses chez les malades de Parkinson et d’Alzheimer pour ne citer que ces deux pathologies graves.

Depuis un certain temps, et a la lecture d’une part des effets secondaires des traitements proposés aux patients atteints de névralgies du trijumeau ou de neuropathies, mais également de l’escalade nécessaire des posologies pour couvrir ces douleurs sans cesse escaladantes, j’ai fait de nombreuses recherches. Ces traitements qui me sont proposés, j y suis allergique, et de plus ils ne me semblent pas logiques. Ma formation étant l’etiopathie (ethos: cause, pathos: souffrance), je ne pouvait pas m’arrêter a ces traitements: ces traitements médicamenteux sont les anti dépresseurs et anti épileptiques, ils couvrent la douleur, comme un incendie dans un immeuble dans lequel il est conseillé de garder les portes fermées: ces medicaments empêchent le passage de la douleur. Le moindre appel d’air et le tout flambe.

Flamber est d’ailleurs le terme que j’ai commencé  a utiliser une semaine après ma chirurgie iatrogène dentaire. J’avais la sensation que l’inflammation gagnait non seulement ma mâchoire, mais la moitié de mon visage, de ma nuque, puis plus tard de mon bras et de ma jambe et l’entièreté de mon ventre.

En effet ils semblent d’un confort immédiat, et chaque patient souffrant de ce type de neuropathie suivrait le traitement le plus contraignant, tant les douleurs sont violentes.

Cependant certains y sont allergiques, presque tous voient leur autonomie limitée, leur invalidité évidente, et surtout, trop peu de patients voient leur état se stabiliser, bien au contraire.

Beaucoup commentent sur leur perte de memoire, leurs fourmillements, leur fibromyalgie s’installer, ces neuropathies ou névralgies occiptitales, ces pertes de sensations dans le membre supérieur et inférieur du cote de la névralgie  (paresthésies et ou neuropathies périphériques consécutives a la NT), ces ganglions lymphatiques douloureux….. ces patients donc voient ces nombreux symptômes s’accumuler comme un acharnement du sort, alors qu’en fait, tout est lié.

La réalité scientifique est a portée de main, dans la traduction résumée de la publication scientifique qui suit, mais est non exclusive a la névralgie du trijumeau. Le terrain est vaste et fait état de toutes les maladies neuroinflammatoires et dégénératives:

MAST CELLS, GLIA AND NEUROINFLAMMATION: PARTNERS IN CRIME

http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/imm.12170/epdf

Lire la suite

Toxicité Hépatique de Carbamazepine, Tegretol

 

Toxicité hépatique de la molecule carbamazepine- Tegretol, prescrit en cas de névralgie ou neuropathie du nerf Trijumeau

 Dans l’article consacré aux témoignages de patients atteints de névralgies iatrogènes du trijumeau, une victime soulignait un effet secondaire du Tegretol,  le traitement de choix qui est prescrit á ces patients.

Cet article propose une traduction d’un article édité sur le site du NIH: National Institute of Health, aux USA

imgres.jpg

http://livertox.nih.gov/Carbamazepine.htm

 

Introduction :

Le carbamazepine est un anticonvulsivant aromatique qui est largement utilisé dans les traitement de l’épilepsie et des névralgies du trijumeau et qui est bien connu pour causer des toxicités hépatiques aigues visibles et induisant des lésions du foie qui peuvent être sévères et même fatales.

Lire la suite