Une crise de Neuropathie du trijumeau, les conséquences possibles

Avis aux lecteurs qui vont découvrir ce texte ci-dessous, rédigé cette nuit sous l’emprise d’une douleur paroxystique…(qui dit douleur paroxystique, dit douleur chronique constante en image de fond, ceci malgré la prise de me2dicaments puissants et pourtant encore impuissant face à notre neuropathie).  A ma relecture ce matin, je sais…mon texte est truffé de fautes…mais je ne les corrigerai pas, car elles sont le reflet de qui je suis devenue, de mon incapacité de concentration, de mon déclin…et à l’expert de l’assurance qui m’a posé la question: mais pourquoi ne pourriez vous pas travailler…voilà pourquoi…avez vous vu ma photo?

Milieu de la nuit…un nuit comme les 1460 nuits que je viens de passer depuis que ce dentiste m’a blessée…et pas soignée…me condamnant ainsi…à ceci…pour les X jours et nuits…..ca….je ne sais pas combien de temps mon corps peut endurer cela…mais les neurologues me l’annoncent à vie, l’expert dans son rapport dit « peut s’améliorer ou continuer à évoluer ». (cela n’en prend pas la tournure…pourtant je voudrais vraiment lui donner raison sur l’option optimiste de son rapport)…

Lorsque une neuropathie iatrogène du trijumeau fait souffrir à un point tel que l inflammation fait gonfler toute la moitié du visage…et que l on a tellement mal…que durant 4 ans…on ne peut plus s allonger que du côté non souffrant…l infiltration d œdème gagne l autre côté du visage…le principe de vases communicants…

Lire la suite

Congrès d’Implantologie Dentaire: prévenir et Guérir les Complications en Implantologie. Antibes

Un programme digne du club Med, Patients planquez vous, ce n’est pas encore cette année que les dentistes apprendront à prévenir et guérir un nerf Trijumeau blessé

Lors de mes nombreuses recherches pour tenter de trouver une solution à ma Neuropathie iatrogène causée par un dentiste .(..qui ne connaissait pas l’importance du nerf Trijumeau, et ne l’a toujours pas comprise) Je suis tombée sur ce programme de conférence : prévenir et guérir les complications en implantologie.

Car le risque est la, bien réel, il est immense , telle cette baleine planquée sous ce kayak.

70% des patients qui ont leur nerf atteint souffriront à vie (les 30 % restant: ce sera grâce au professionnalisme du dentiste et à sa connaissance: agir dans les 36 heures, dépose d implant et protocole medicamenteux. Ces statistiques sont valables en Angleterre, pas sure qu elles soient applicables en France puisque le dentiste ignore cette lésion irreversible. ) . En Angleterre, il existe une obligation de déclaration de blessure du nerf, 3600 cas sont déclarés par an.

En France, aucune obligation, les dentistes ne connaissent pas l’étendue et la gravité de cette lésion: à chaque fois: une qualité de vie de foutue. Alors oui: le risque est aussi gros que cette baleine!

Mon premier réflexe d’optimiste que je suis : de dire ouf, voilà enfin que cela se sait, s’enseigne…

Puis je regarde le programme: que vois je: sur 3 jours de formation: ça commence par du golf: 3h, ou encore une randonnée, au choix.

Dans l’après-midi :

Présentation,

Économie de la santé, et oui, c’était bien annoncé dans le titre: prévenir et guérir les complications…on voit immédiatement le lien. .c’est comme ça que les dentistes vont enfin savoir comment prévenir la Neuropathie la plus invalidante et douloureuse que l’humain puisse connaître (ce n’est pas moi qui le dit.;.;mais tous les neurologues spécialistes à travers le monde). J’ai même eu comme réponse d un professeur américain à qui j’écrivais pour demander des pistes de traitement: good luck. Les VRAIS spécialistes savent. Mais un dentiste….ne sait pas, alors il va apprendre.;.mais pas le premier jour. Pas grave, il y a 3 jours de formation.

Bon ce premier jour ils vont aussi aborder le futur de l’implantologie.;.c’est bien de se projeter vers demain, quand on ne connaît pas la réalité d aujourd’hui !

J2: 9h: atelier…prise d’empruntes : à boooooon, je pensais que ça..;un dentiste il savait déjà prendre une emprunte. Non, bon, ok, alors on révise.

Oh, mais suis Je bête, il y a aussi atelier photo.;.mais que je suis mauvaise langue: 2 ateliers en même temps..;les pauvres, ils vont être épuisés,et puis le stress de savoir comment guérir ce nerf . Suspens…

Puis on va quand même aborder la prothèse hein.;.tournons bien autour du pot…

Ah.;.voila voila, en fin de matinée, 11h40 ( alors qu’on pense un peu à l’apéro quand même déjà.;;faut pas deconner, c’est qu’on a soif nous, il fait chaud à Antibes.

11h 40 disais je…jusqu’à. ..roulement de tambour : 12h.

Si je compte bien: cela fait 20 minutes pour aborder:

Les examens et exploration à pratiquer avant (c’est la prévention, c’est dans le titre) , les différentes techniques d’implant et les risques en decoulant.

Les produits anesthésiants: les bons, ceux à éviter et quand. Et oui , un nerf alvéolaire inférieur peut même être chimiquement nécrosé par un anesthésiant, ou encore la vascularisation perturbée et donc oseointegration compromise.

Le fait que dans 50% des cas, la lésion du nerf se fait non pas par contact direct mais par l hématome provoque lors de l intervention, hématome comprimant le nerf. Il est donc primordial d être à l écoute du patient, s il décrit des douleurs et où perte de sensibilité: non cela ne passera pas si le dentiste n intervient pas par une dépose et un protocole urgent.

Le matériel indispensable à utiliser pour éviter de toucher le nerf, ça semble tout con, mais oui, ça arrive encore des dentistes qui, tels des artistes peintres, travaillent à main levée, sans guide ( et zip…dans le nerf)

Le suivi du patient afin de détecter au plus vite une lésion.

Le bon protocole médicamenteux. Il y en a plusieurs proposés en fonction des écoles: usa, Londres, Lithuanie, Japon.

Le suivi de l’évolution de la topographie de cette Neuropathie. De quel type est elle: paresthésie, hypoesthésie, hyperesthésie, et oui c’est qu’ils vont vite..;si si, tout ça va être abordé en 20 minutes.

Quand adresser un patient a un spécialiste, lequel?

Quel processus de neuro immunité bascule le patient en douleur chronique à vie, pourquoi, comment, quel délai ? Les cascades nociceptives locales, dans le noyaux du nerf Trijumeau au niveau de la corne postérieure de la moelle épinière, le développement de cellules microgliales au niveau du cortex sensitif. La topographie corticale du trijumeau ‘quand même presque 50% du cortex sensitif).

Les conséquences à long terme: risque de névralgie du nerf d’Arnold secondaire (bon, passons le pourquoi, ça va faire short en 20 minutes), les risques de crps (complex regional pain syndrome), bon arrêtons nous la, bien que ce soit le pain quotidien de la majorité des patients ayant été blessés lors d’une pose d’implant

Voilà voilà…20 minutes pour tout ça..; si si, je vos assure, après on n’en parle plus.

Maiiiiis non, je deconne, c’est moi qui viens de l’inventer ce programme, certes, les 20 minutes sont réelles…mais que va-t-on avoir le temps…et l’envie.;.de dire en 20 minutes?

Bon le lendemain on reviendra quand même sur les risques de péri implantite ‘ et les soucis des prothèses d’implant.;.quand même…

Mais en bref, en 20 minutes tout le reste est vu, waaaaaa, bravo, très fort.

La je pose une question: pourquoi avoir appelé ça : prévenir et guérir les complications d’implantologie..;

La Guérison n’existe Pas pour cette Neuropathie, c’est un fait avéré, connu, su, publié…pas de guérison possible…mais on le met quand même dans le titre: guérir (titre mensonger)

je vais vous aider à y voir plus clair: le titre fait plus scientifique, c’est chic, ça compte pour la formation continue des dentistes;;;mais le sujet qui compte réellement; ce n’est pas le patient et son bobo, mais les comptes…des dentistes: car en effet: tout est dit: premier jour l’économie, le progrès, et dans ces 72 heures de congrès, 20 minutes seront consacrés à éviter de massacrer des patients.

La déjà, je suis bien refroidie, mais la ou je me suis vraiment pris la grosse claque , c’est en regardant la petite vidéo de présentation. C’est digne d’un dessin anime ou on y ferait apparaître la croisière s’amuse rencontrant la baleine de Pinocchio, le tout sur une chanson de Brigitte Bardot nous chantant la madrague avec sa voix niaise.

Je partage ici le lien de la page d’accueil de ce congrès, je vous le rappelle : réservé à des docteurs en chirurgie dentaire (pas au club Mickey du club med !!!!!)

https://www.iti.org/congressfrance/Accueil

Je vous laisse conclure, j en reste sans voix, sans voie, sans issue…ils sont incorrigibles, intouchables

Allez, amusez vous bien les Mickeys…

Si Hippocrate Savait

Les fausses croyances des dentistes face à une blessure du nerf trijumeau

La neuropathie iatrogène du trijumeau, un sujet si mal connu

La neuropathie du trijumeau est mieux maîtrisée par les patients que par les praticiens en France, pourquoi, car les futurs dentistes reçoivent leur enseignement de professeurs qui en sont encore à l’heure de l’ignorance totale du sujet. Ils enseignent de ce fait une somme de fausses croyances qui condamnent le patient à une douleur très intense à vie. (Alors que le patient fait des recherches pour comprendre l’origine de sa douleur qu’il sait bien réelle et physiologique). Ils ne lisent manifestement pas les publications scientifiques qui foisonnent sur les sites tels que Pub Médical, Pain Journal (des références médicales et scientifiques réactualisées…la science avance, le savoir des professeurs devrait suivre

Quelles sont ces fausses croyances:

– un nerf trijumeau lésé ne se répare pas. Au contraire, la douleur s’accentue et ne se gère que très mal, avec de plus en plus de médicaments très lourds. Si les professeurs ne voient plus les patients en consultation, ce n’est pas parce qu’ils vont mieuxet que le nerf est réparé, mais parce que les patients sont lassés de constater qu’ils font face à autant d’ignorance…ils savent qu’ils ne recevront pas l’aide dont ils ont besoin pour gérer leur quotidien…que les neurologues spécialisés, eux, annoncent comme définitivement installé

-la cause de la douleur n’est pas liée à une personne faible émotionnellement, la personne devient fragile de part l’intensite de la douleur et la maltraitance de ces dentistes qui nient la douleur

-la douleur n’est, très vite, plus uniquement une douleur orofaciale dentaire, mais la cascade inflammation/douleur neurologique gagne vite l’ensemble du nerf trijumeau, en regardant une planche anatomique on s’aperçoit des superpositions de douleurs depuis la peau, la bouche bien sûr, le nez, les sinus, l’oeil, le front, le cuir chevelu, le conduit auditif, …bref…anatomie à revoir…

-et bien sûr, SI, LE NERF QUI EST BLESSÉ EST BIEN LE NERF TRIJUMEAU, anatomie à revoir, car ça c’est une remarque que nous entendons souvent….non, ce n’est pas le nerf trijumeau.., lorsque nous parlons de douleurs irradiantes, de type pic à glace dans l’œil, SI, C’EST LE NERF TRIJUMEAU, nous patients, entendons des erreurs énormes de connaissances anatomiques…au quotidien, de la part des dentistes, et des neurologues d’ailleurs… pour un peu plus de finesse, un patient qui vous dit avoir mal dans la nuque en association avec les douleurs faciales iatrogènes ….OUI, c’est le nerf trijumeau, qui possède un noyau relais au niveau de la 2ieme cervicale, dans la moelle épinière. ( ça, c’est même un expert d’assurance, chirurgien maxillo-facial qui m’a soutenu que ce n’était pas vrai…expert…)

-aucune chirurgie n’est envisageable…pas de retour en arrière, une chirurgie est même proscrite par les neurologues spécialisés èn neuropathie du trijumeau…à quand une communication entre neurologues et dentistes…car proposer à un patient une chirurgie qui n’est pas appropriée les condamne à d’avantage de douleur.

-les médicaments qui marchent dans 76% des cas pour les névralgies (pas d origine dentaire), ne marchent que chez 11% des patients souffrant de neuropathie iatrogène.

-proposer au patient d’attendre que le nerf se répare est simplement une perte de chance qui devrait être lourdement condamnée , car les données actuelles de la science démontrent le contraire.

– Les centres anti douleur ont forcément une solution pour nous est une fausse croyance…la douleur est d’une telle intensité, il ne faut pas se leurrer, l’autohypnose, le coloriage ou le macramé ne peuvent nous faire oublier notre douleur..

Au quotidien, je fais face à des personnes qui confirment ce que je cite ci dessus: les patients démunis de lire les publications traduites sur ce blog qui ne collent pas du tout au diagnostic autoritaire et condamnant des dentistes; des étudiants en dentisterie, qui ont choisi cette voie par passion de bien faire, qui se renseignent et recherchent…mais doivent prendre la Parole du professeur pour plus sérieuse que des wagons de patients témoignant sur un blog »..fut il même étayé et pavé des preuves scientifiques… pour ces étudiants- je dis bravo, car la science c’est l’ouverture…surtout continuez à écouter avec une oreille attentive…et à douter juste assez de TOUTE SOURCE (le professeur en étant une)…grâce à un esprit toujours énormément en alerte…telle que la définition de la science le suggèrerestez curieux…toute avancée en médecine s’est faite grâce à l’ouverture d’esprit et la curiosité, ne soyez pas des moutons, soyez des dentistes en pleine capacité de leur moyens et de leur bienveillance!!!

.Et pour finir par une note d’humour….même si sourire est douloureux lorsque l’on souffre de neuropathie du trijumeau…plaisanter fait du bien au moral »..

Si Hippocrate Savait