Ces Animaux qui nous Soignent Naturellement

Depuis des chiens guérisseurs, des chevaux psychologues, des chats diagnostiqueurs, ces animaux, l’air de rien…ont l’instinct pour nous faire du bien, nous guérir. Très souvent, nous ne le remarquons même pas. Alors…ouvrons les yeux…voici l’histoire de ces animaux guérisseurs :

Un cocker psy et kiné

Lorsque j’étais toute gamine, ma cousine s’est fait renversée par une voiture alors qu’elle avait 10 ans.  Accident grave, 21 jours de coma. Elle a eu la chance de sortir de ce coma, mais présentait des séquelles cognitives et motrices. Elle marchait à peine, était atteinte de tremblement, et présentait une lenteur importante du débit de la parole.  Elle était aussi très traumatisée…il y a de quoi bouleverser une vie !

chien thérapeute

Ses parents ne sachant que faire pour l’aider, demandèrent à leur médecin de famille quelles étaient les pistes à suivre pour une rééducation et un bien être. Ils s’attendaient probablement à des visites chez des psys, des neurologues, des kinés… Je me rappelle de la bombe que cela avait produit dans la famille lorsque le médecin avait proposé un chien. Oui, parfaitement, un animal de compagnie pour ma cousine.

A l’époque, avant l’accident,  lorsque nous rendions visite à mon oncle et ma tante avec notre cocker, je me rappelle la tête de ma tante dès que la chienne s’approchait à moins d’un mettre d’elle. Pas qu’elle en aie jamais eu peur, mais un désintérêt palpable se lisait sur son visage. Et chaque personne qui a ou a eu un chien, sait très bien que ces animaux ont un sens que nous avons perdu depuis longtemps : ils détectent l’indifférence ou la crainte. Notre petite cocker, que nous avions sauvée de conditions de vie déplorables,  n’était qu’empathie et voulait tellement aider…qu’elle s’acharnait à vouloir amadouer Annette, ma tante. Cette petite chienne, nous l’avions appelée Javotte, la sœur gâtée de Cendrillon…car oui…nous la gâtions cette petite chienne qui avait été battue, malnutrie, et qui avait vécu dans une cave tout comme Cendrillon.

Alors un chien à demeure dans la maison d’Annette…moi  je n’y croyais pas !

Mais, selon le médecin, c’était la meilleure rééducation pour ma cousine…chien il fût…et ils choisirent une petite chienne cocker, qu’ils nommèrent Faline. Je suis tellement fière que ma chienne aie été  convaincante…elle a su l’amadouer finalement ma tante…suffisamment pour qu’elle choisisse un cocker.

Ma cousine avait une telle motivation grâce à ce chien, pour marcher, pour câliner…pour lui parler aussi…elle était aussi une source d’apaisement pour ma cousine, lorsque sa main tremblait, des suites de ses nombreux traumatismes neurologiques, la chienne thérapeute glissait sa tête sous cette main tremblante…en calmant ses tressaillements…et puis Faline est devenue la coqueluche dans leur foyer…j’étais bluffée de voir ma tante prendre sa chienne dans ses bras et l’embrasser. Ma cousine a grandi, a quitté le nid…et Faline est restée…elle a fait le bonheur de mon oncle et ma tante…jusqu’à la fin…mission bien accomplie.

Des chevaux psy pour autisme et handicapes

Plus tard, moi qui étais souvent entourée de chevaux et de cavaliers, j’ai rencontré une psychologue qui a monté un poney club. Elle montait un centre d’équithérapie, c’était révolutionnaire à l’époque. Le matin, elle mettait en selle  des enfants présentant des handicapes, parfois lourds. Les poneys étaient d’une patience à m’en couper le souffle. Jamais une chute, jamais un départ au galop ni un coup de dent, une placidité à toute épreuve. Ces enfants s’épanouissaient au contact de ces petits équidés. Les sourires fusaient, les caresses récompensaient autant le cavalier que le poney.

contact enfant poney

Ces mêmes poneys, l’après midi, devenaient la monture sportive de petits cavaliers en herbe. Ces derniers ne présentaient pas de handicape…les poneys le sentaient…et s’autorisaient donc des petites corrections bien placées. J’ai vu quelques petites chutes gentilles les après midi…jamais le matin.

 

Le chien détecteur médical de crises épileptiques

Des chiens sont maintenant entraînés à détecter la survenue d’une crise épileptique avant même sa survenue.

chien prévenant une crise épileptique

L’impact est important pour ces patients. En effet cela permet d’y remédier au plus vite, donne une plus grande autonomie au patient, permet aux parents des enfants épileptiques de dormir, sans être trop sur le qui vive.

 

Chiens détectant des crises d’hypoglycémie pour patients diabétiques

De même que pour les patients épileptiques, des chiens entraînés peuvent ressentir une chute du taux de glycémie chez leur maître et ainsi éviter le pire. On les appelle les « diabetic alert dogs ».

chien prévenant une hypoglycémie

 

Le chien qui soigne et apaise les enfants ayant été maltraités.

Il est établi par des recherches scientifiques que la présence d’un animal apaise. Ces animaux permettent même de diminuer le rythme cardiaque

 

Ce processus s’effectue car le corps, en présence de l’animal, d’une caresse, du partage d’un jeu ou d’un moment de tendresse, permet à l’organisme de dégager différentes hormones du bien être.

Cela ne semble peut être pas grand-chose, mais cette chimie fait souvent la différence en apaisant ces enfants marqués à vie.

Ces chiens sont entrainés, ils ressentent la détresse des enfants, lors d’audience par exemple. Ces chiens dits de services, sont autorisés dans les salles d’audience et dans les tribunaux. Ils permettent à ces enfants d’aller au bout de leur parcours…afin peut être un jour…de tourner la page.

https://www.youtube.com/watch?v=tg5NiylUxpQ

 

Des chiens entraînés à détecter des cancers grâce à leur sens olfactif.

Des études montrent que des chiens sensibilisés à l’odeur que dégage un patient atteint de cancer du colon, peut, de façon très sûre, détecter un patient à l’aide de l’haleine ou par les selles.

Cette méthode à été démontrée efficace à 97%.

Lorsque l’on sait ce que représente une coloscopie en terme d’impact pour le patient : stress et anesthésie générale, préparation (vider le colon durant les 2 jours qui précèdent), irradiations. Ceci sans même considérer le coût.

 

 

Les chiens qui  apaisent les autistes et calment leurs crises.

Des organismes d’entrainements de chiens accompagnants pour enfants autistes ont vu le jour aux USA. En effet, la fréquence de diagnostic  d’enfants autistes ne cesse d’augmenter (ceci fera partie d’un article à venir, la fréquence de diagnostic d’autisme est lié en grande partie aux métaux lourds et/ou, à la quantité de vaccins administrés aux enfants, vaste débat, sujet dénoncé par des chercheurs).

Ces enfants autistes peuvent souffrir de très grandes crises d’angoisses lors de changements, de présence de personnes étrangères à leur environnement, d’un regard, d’un contact.

Souvent, ces enfants, par leur comportement, font peur, sont jugés, pointés du doigt.

La présence de ces chiens entrainés, d’une part, calme les angoisses de leur petit maître, mais attise la curiosité et attire la sympathie de personnes non averties.

Il est aussi régulièrement souligné par les familles de ces enfants accompagnés de leur chien, que ces animaux leur permettent  d’entrer plus facilement en contact avec le monde qui les entoure. Cela permet aux enfants autistes de se concentrer d’avantage, d’entrer dans un processus de communication et d’apprentissage.  Un immense progrès pour ces enfants.

 

Les poissons soignant le psoriasis et l’eczéma

En Turquie, de petits poissons appelés poissons docteurs, bien inoffensifs, aident des patients souffrant de psoriasis et autres maladies de peau, à guérir. Des centres thermaux offrent des cures de 3 semaines, durant lesquelles les patients prennent des bains de 8h par jour. Les effets sont spectaculaires, et durent de un à deux ans. Durant cette période, les patients ne sont plus sous médication.

Les animaux de compagnie permettent à leur maître présentant une maladie coronaire un taux de survie plus important.

Cette étude scientifique datant des années 80 montraient déjà que ces animaux de compagnie amélioraient grandement les chances de survie de ces patients ayant été hospitalisé pour problèmes coronaires. D’autres études depuis, ont confirmé cette publication. Bien que l’on puisse croire que cela soit lié au fait que les patients ayant des chiens, pratiquent d’avantage d’exercices que les patients n’ayant pas de compagnon, ce n’est cependant  pas le cas. En effet, des études ont été poussées plus loin, des patients ayant des animaux autres que des chiens, présentent les mêmes taux de survie que les patients ayant des chiens. Bien meilleur taux que les patients n’ayant pas d’animal.

Et enfin, même en fin de vie, lorsqu’il est trop tard pour soigner, ce chat aide encore des patients : Ce chat qui ressent la fin de vie des patients.

Lors de la vidéo présentée dans le lien du titre ci dessus, le spécialiste donne l’explication probable de ce phénomène.

Un médecin ne peut pas prédire le moment de fin de vie, il peut faire des suppositions. Ce chat, probablement grâce à son odorat, détecte une odeur dégagée par le corps de cette personne en fin de vie. Le chat accompagne cette dernière par sa présence.

Il permet ainsi au proche d’être présent lors du départ d’un parent.

Lors de l’enregistrement de cette vidéo, le chat avait agi de la même manière, en se couchant auprès de la personne rendant son dernier souffle, à 28 reprises. Et le chat ne s’est jamais trompé.

Il ne faut pas le voir comme un animal de mauvaise augure, simplement d’un accompagnement de vie à trépas.

Combien d’entre nous n’ont pas regretté de n’avoir pu être présent pour dire au revoir à l’être aimé ?

Même les insectes nous soignent

Commençons bien sûr par les abeilles, qui produisent un miel et de la propolis, aux actions antibiotiques.

Mais aussi, les araignées et serpents, dont le venin est utilisé comme anti coagulant dans des médicaments…

En pleine forme

Et puis, même lorsque nous sommes en pleine santé, ces animaux sont là pour nous…pour un jeu, une balade, un câlin…ou même une sieste au soleil.

En commençant à écrire cet articles, je connaissait déjà intuitivement l’impact des animaux sur notre santé, mais je n’avais pas idée de l’ampleur des recherches scientifiques effectuées dans ce domaine.

Dans beaucoup de cas, ils permettent d’éviter une médication…alors perso…je suis addict…et vous, que pensez vous de l’interaction des animaux avec notre santé?

Si Hippocrate Savait…mais peut être savait-il?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s