Les fausses croyances des dentistes face à une blessure du nerf trijumeau

La neuropathie iatrogène du trijumeau, un sujet si mal connu

La neuropathie du trijumeau est mieux maîtrisée par les patients que par les praticiens en France, pourquoi, car les futurs dentistes reçoivent leur enseignement de professeurs qui en sont encore à l’heure de l’ignorance totale du sujet. Ils enseignent de ce fait une somme de fausses croyances qui condamnent le patient à une douleur très intense à vie. (Alors que le patient fait des recherches pour comprendre l’origine de sa douleur qu’il sait bien réelle et physiologique). Ils ne lisent manifestement pas les publications scientifiques qui foisonnent sur les sites tels que Pub Médical, Pain Journal (des références médicales et scientifiques réactualisées…la science avance, le savoir des professeurs devrait suivre

Quelles sont ces fausses croyances:

– un nerf trijumeau lésé ne se répare pas. Au contraire, la douleur s’accentue et ne se gère que très mal, avec de plus en plus de médicaments très lourds. Si les professeurs ne voient plus les patients en consultation, ce n’est pas parce qu’ils vont mieuxet que le nerf est réparé, mais parce que les patients sont lassés de constater qu’ils font face à autant d’ignorance…ils savent qu’ils ne recevront pas l’aide dont ils ont besoin pour gérer leur quotidien…que les neurologues spécialisés, eux, annoncent comme définitivement installé

-la cause de la douleur n’est pas liée à une personne faible émotionnellement, la personne devient fragile de part l’intensite de la douleur et la maltraitance de ces dentistes qui nient la douleur

-la douleur n’est, très vite, plus uniquement une douleur orofaciale dentaire, mais la cascade inflammation/douleur neurologique gagne vite l’ensemble du nerf trijumeau, en regardant une planche anatomique on s’aperçoit des superpositions de douleurs depuis la peau, la bouche bien sûr, le nez, les sinus, l’oeil, le front, le cuir chevelu, le conduit auditif, …bref…anatomie à revoir…

-et bien sûr, SI, LE NERF QUI EST BLESSÉ EST BIEN LE NERF TRIJUMEAU, anatomie à revoir, car ça c’est une remarque que nous entendons souvent….non, ce n’est pas le nerf trijumeau.., lorsque nous parlons de douleurs irradiantes, de type pic à glace dans l’œil, SI, C’EST LE NERF TRIJUMEAU, nous patients, entendons des erreurs énormes de connaissances anatomiques…au quotidien, de la part des dentistes, et des neurologues d’ailleurs… pour un peu plus de finesse, un patient qui vous dit avoir mal dans la nuque en association avec les douleurs faciales iatrogènes ….OUI, c’est le nerf trijumeau, qui possède un noyau relais au niveau de la 2ieme cervicale, dans la moelle épinière. ( ça, c’est même un expert d’assurance, chirurgien maxillo-facial qui m’a soutenu que ce n’était pas vrai…expert…)

-aucune chirurgie n’est envisageable…pas de retour en arrière, une chirurgie est même proscrite par les neurologues spécialisés èn neuropathie du trijumeau…à quand une communication entre neurologues et dentistes…car proposer à un patient une chirurgie qui n’est pas appropriée les condamne à d’avantage de douleur.

-les médicaments qui marchent dans 76% des cas pour les névralgies (pas d origine dentaire), ne marchent que chez 11% des patients souffrant de neuropathie iatrogène.

-proposer au patient d’attendre que le nerf se répare est simplement une perte de chance qui devrait être lourdement condamnée , car les données actuelles de la science démontrent le contraire.

– Les centres anti douleur ont forcément une solution pour nous est une fausse croyance…la douleur est d’une telle intensité, il ne faut pas se leurrer, l’autohypnose, le coloriage ou le macramé ne peuvent nous faire oublier notre douleur..

Au quotidien, je fais face à des personnes qui confirment ce que je cite ci dessus: les patients démunis de lire les publications traduites sur ce blog qui ne collent pas du tout au diagnostic autoritaire et condamnant des dentistes; des étudiants en dentisterie, qui ont choisi cette voie par passion de bien faire, qui se renseignent et recherchent…mais doivent prendre la Parole du professeur pour plus sérieuse que des wagons de patients témoignant sur un blog »..fut il même étayé et pavé des preuves scientifiques… pour ces étudiants- je dis bravo, car la science c’est l’ouverture…surtout continuez à écouter avec une oreille attentive…et à douter juste assez de TOUTE SOURCE (le professeur en étant une)…grâce à un esprit toujours énormément en alerte…telle que la définition de la science le suggèrerestez curieux…toute avancée en médecine s’est faite grâce à l’ouverture d’esprit et la curiosité, ne soyez pas des moutons, soyez des dentistes en pleine capacité de leur moyens et de leur bienveillance!!!

.Et pour finir par une note d’humour….même si sourire est douloureux lorsque l’on souffre de neuropathie du trijumeau…plaisanter fait du bien au moral »..

Si Hippocrate Savait

Une Nuit de Douleur, Une nuit d’Horreur

Neuropathie du Trijumeau, une Vie Engloutie

C’est la nuit, je gémis

C’est la nuit, alors c’est permis

Car personne ne m’entend…pas un bruit….sauf moi…qui gémis

Pas pour me plaindre…mais car les vibrations lentes de ces gémissements rythment mes pensées…hors de ce corps…meurtri…*

C’est la nuit…tout est permis…

Car le jour, sans répit, sur moi je prends, et malgré ca….il est rare quand je souris…

Sur moi je prends….mais du fond de mon canapé ou de mon lit

Car quoi qu’en disent ces experts, ces assurances, ces professeurs de médecines aguerris

Ce tsunami incessant de douleur, ni travailler ni vivre ne serait bien choisi

C’est tellement…tellement…une superposition de douleurs de douleurs dont ma tête se rempli

Jusqu’à, me semble-t-il en exploser, déferler tel un tsunami

C’est la nuit, et je vous garantis…mes journées sont autant endolories

Il y a un an, j’ai décidé qu’une nuit avec une seule crise serait une nuit d’embellie

Je vais devoir réviser ces critères, car ma douleur, sans cesse, d’autres niveaux franchit

C’est la nuit, c’est le jour qui arrive, simili…et a vie…

C’est la vie…c’est ma vie….trahie…. par un abruti

UN ABRUTI INOUI

*(on appelle ca l’auto-hypnose ou méditation….s’échapper de son corps pour ne plus ressentir la douleur…c’est la solution miracle qui nous est proposée en centre anti douleur)

Après avoir décrit ma nuit en rime, quoi de mieux de partager avec vous un petit dessin animé qui vous montrera…la série de douleur, la série d’horreur, la série qui fait peur…

 

Vous avez trouvé ça horrible, je suis bien d’accord, alors pourquoi laisse-t-on encore des dentistes, étudiants en dentisteries, professeurs, neurologues, dans l’ignorance de cette neuropathie iatrogène du trijumeau en France alors que cette lésion et ses conséquences de co-morbidité sont décrites dans toutes les publications neurologiques et dentaires internationales?

Ignorance  ou obscurantisme volontaire bien lucratif pour un système tout en faveur d’une association de malfaiteurs?

Appel au civisme des journalistes, besoin de communication, aidez nous

J’en appelle au civisme des membres de la presse….si parmi eux certains me lisent…je me tiens à votre disposition pour réunir toutes les informations, scientifiquement prouvées, approuvées; les témoignages de patients…des scandales croustillants à la pelle….votre émission, votre article ….est bouclé, et fera sensation…

Vous pensez peut être que c’est rare? Détrompez vous

Neuropathie du trijumeau versus autres drames en quelques chiffres:

la mucoviscidose (mes pensées les plus douces et chargées d’une empathie sincère s’envolent vers les familles de ces patients….et bien entendu vers ces patients eux mêmes, sans vouloir comparer ce qui n’est pas comparable): 500 naissances par an en France

-nombres de morts sur la route par an en France: 3500 décès

-la sclérose en plaque: 4000 à 6000 cas diagnostiqués par an

La neuropathie iatrogène du trijumeau, pas de statistique en France, mais en Angleterre (démographie similaire, obligation de déclaration) 3600 nouveaux cas sont déclarés par an (ne parlons pas de ceux qui ne sont pas déclarés).

Cette neuropathie n’est pas génétique, vous n’avez pas besoin d’avoir roulé trop vite ou grillé un feu rouge…cette neuropathie  est évitable ou réversible avec une formation appropriée des dentistes et neurologues en France, elle peut arriver à toute personne subissant une extraction de dent, une pose d’implant…

Maintenant que vous avez ces chiffres…comparez….vous avez tous entendu parlé d’accidentés de la route, de sclérose en plaque, et même de mucoviscidose, et certainement vous n’aviez jamais entendu parlé de neuropathie iatrogène du trijumeau…dite la maladie du suicide car tellement douloureuse et irréversible…

Il est temps qu’on en parle

Aider nous, aider la médecine française à dépoussiérer ses bancs…car vous pouvez, cher ami journaliste….être le prochain….peut être venez vous d’enregistrer votre dernière émission, peut être avez vous bouclé votre dernier article…??? Ou peut être cela touchera un membre aimé de votre famille et fera basculer votre vie à jamais…

 

Si Hippocrate Savait…

Neuroinflammation de la Moelle Epinière chez les patients souffrant de Douleurs Chroniques

En deux mots pour les patients:

Lorsque l’on souffre de douleur chronique, il est désormais démontré par imagerie médicale que la douleur ne reste pas seulement localisée là ou la décrit le patient, mais que de l’inflammation est détectée objectivement au niveau du nerf véhiculant la douleur de la moelle épinière, ceci au niveau de la sortie de la moelle épinière (entre les vertèbres), mais aussi au niveau de la moelle épinière elle même et également au niveau du cerveau.

Il ne s’agit donc pas seulement d’un signal du nerf, mais aussi d’un processus d’inflammation de ce système nerveux, avec comme conséquence une réaction du système immunitaire causant d’avantage d’inflammation. On parle des lors de neuro-immunologie.

En bref, un traitement médicamenteux ne ciblant que la « coupure » de l’influx nerveux devient donc obsolète. Il faut donc, en se basant sur les preuves objectives de cette nouvelle science qu’est la neuro-immunologie, orienter un traitement vers la modulation des substances inflammatoires/immunitaires.

Si Hippocrate Savait….

Traduction de la publication: Pain Journal février 2018

Neuroinflammation of the spinal cord and the nerve roots in chronic radicular pain patients

Authors: D Albrecht, S Ahmed, N Kettner, R Borra, J Cohen Adad, HDeng, T Houle, A Opalacz, S Roth, M Vidal Melo, L Chen, J Mao, J Hooker, M L Loggia, Y Zhang

 

Affiliations: Harvard Medical School, MA. Logan University,MO. Turku University Finland. University of Groningen Netherlands. Polytechnique, Montreal. Université de Montréal.

Résumé

De nombreuses études précliniques supportent le rôle de l’activation neurimmunologique spinale dans la pathogénèse de la douleur chronique, et ciblent efficacement les cellules gliales (par exemples les cellules microgliales/ astrocytes)- ou

Lire la suite

Mésothérapie et Botox: Traitements des Neuropathies du Trijumeau en France: Mensonges et Propagande, Pourquoi?

 Des promesses et encore des promesses

Il y a un mois, une fois de plus, dans un des groupes où se reunissent les patients qui souffrent de neuropathies iatrogènes du nerf trijumeau, une personne partage sa joie immense d’avoir trouvé un médecin anesthésiste qui lui promet…à 100%…qu’il va soulager sa neuropathie iatrogène (causée à la suite d’une intervention dentaire).

mensonge et propagande traitement

Cette patiente partage sur le groupe, je me permets d’émettre certaines réserves (je ne suis d’ailleurs pas la seule, mais suis probablement celle qui prend le moins de gants), pas pour être négative, mais parce que mes années passées à lire toutes les publications scientifiques internationales, tous les commentaires des groupes des patients à travers le monde, je n’ai pas vu un seul patient trouver un traitement efficace, tout au plus des traitements palliatifs chimiques qui soulagent les douleurs pour quelques pourcents…ceci en imposant des effets secondaires très lourds.

Avant de revenir sur pourquoi et comment ces médecins promettent ou mentent ainsi, revenons d’abord sur l’histoire cliché de cette patiente (x fois j’ai vécu les mêmes espoirs et déceptions que cette personne)….après l’euphorie de se dire que nos recherches payent enfin, que nous allons enfin pouvoir revivre une vie normale, que nous allons pouvoir reprendre le chemin du travail, du sport, du sourire, d’une promenade en forêt….revient la désilusion… Mais cette désillusion est décuplée, non seulement nous ne sommes pas guéris, parfois nous souffrons même d’avantage, sinon physiquement, du moins mentalement d’avoir été trahis par ce corps médical qui nous avait déja blessé, et qui maintenant nous ment (déception totale, dépression provoquée par ce corps médical, c’est le cas pour cette patiente après le dit traitement, pas si miraculeux, de 100% efficace, le médecin ne retourne même plus ses appels…)…en nous promettant encore et encore que notre neuropathie est résolutive…alors que nous avons bien lu ces publications: anglaises, américaines, canadiennes, japonaises, israéliennes….clammant toutes à l’unisson…qu’il n’y a….à ce jour…pas de solution…et encore mieux…certaines publications soulignent bien qu’il faut etre franc avec les patients et leur exposer leur situation afin qu’ils organisent leur vie autour de leur nouveau schema corporel….serait il sain de la part d’un chirurgien de dire a son patient fraichement emputé de la jambe…que sa jambe va repousser??? L’image fait sourire….éclater de rire même…seules les étoiles de mer peuvent rêver de voir un membre repousser….alors que le corps médical en France arrête de nous dire que notre nerf trijumeau ne nous fera plus souffrir.

Pas une publication ne va dans ce sens à ce jour.

Par contre sur certains blogs pourtant animés par des Dr, la mésothérapie est sitée comme offrant des résultats positifs dans 80% des cas sur des neuropathies iatrogènes du trijumeau. Où sont les publications, pour notre part, nous patients, sommes réunis par centaines en association, groupes privés, forums. Nous avons donc l’opportunité d’échanger. Nous voyons des patients fraichement atteints de neuropathie du trijumeau, suivons les parcours….et sommes donc à même de voir les évolutions, les traitements suivis par les uns et par les autres. Certes, nous ne sommes pas médecins, mais si nous tirons la parallèle : publication (nous ne faisons que lire des faits scientifiques validés par des comités scientifiques), et les histoires personnelles de chaque patient, cela colle parfaitement aux publications, et pas du tout à ce que clament individuellement ces médecins qui prétendent savoir mieux que le reste du monde…scientifique…eux soignent avec 3 injections de botox, eux soignent avec 3 séances de mésothérapies…des Dieux quoi!!!

Pourquoi agissent ils ainsi

Là, je ne peux faire qu’une série de suppositions, dans tous les cas de figure, le patient ne compte pas, il n’est pas le centre d’interet…Hippocrate es tu là???

Voici mes suppositions:

 

-permettre aux experts des assurances de rédiger un rapport avec une porte ouverte…une neuropathie peut etre résolutive…donc les assurances déboursent beaucoup moins…pensez donc…c’est pas grâve…

 

-se faire une place au soleil….ça fait toujours bien dans les diners mondains de dire qu’on a été le premier au monde à mettre en place un protocole de traitement contre une douleur neuropathique suicidaire…voyez l’effet dans un diner…bon….ça laisse quelques années devant soit…avant de démentir…

 

-l’ignorence, le manque d’ouverture du corps médical francais sur la vraie littérature scientifique (en anglais)…la barrière de la langue.

 

Le botox et la mésothérapie ont de beaux jours à venir dans d’autres applications ( comme les problèmes d’atm par exemple, et encore, d’autres solutions réglant la cause et pas les conséquences seraient plus adaptées), mais manifestement pour la neuropathie iatrogène du trijumeau, moi qui passe ma vie à lire, à chercher dans les publications internationales et les groupes de patients internationaux…pas un cas d’amélioration (souvent une aggravation, du moins momentanée), alors je n’ai pas peur d’écrire ici: une personne écrivant ou avalisant 80% de résultats positifs, c’est de la fraude, du mensonge, ou se porter caution pour le mensonge d’autrui.

Dans l’attente que le contraire soit prouvé scientifiquement, ce dont je serais ravie pour ces 80% de patients, je maintiens mes mots, qui n’engagent que moi, une patiente souffrant de neuropathie iatrogène du trijumeau.

 

Une crise de Neuropathie du trijumeau, les conséquences possibles

Avis aux lecteurs qui vont découvrir ce texte ci-dessous, rédigé cette nuit sous l’emprise d’une douleur paroxystique…(qui dit douleur paroxystique, dit douleur chronique constante en image de fond, ceci malgré la prise de me2dicaments puissants et pourtant encore impuissant face à notre neuropathie).  A ma relecture ce matin, je sais…mon texte est truffé de fautes…mais je ne les corrigerai pas, car elles sont le reflet de qui je suis devenue, de mon incapacité de concentration, de mon déclin…et à l’expert de l’assurance qui m’a posé la question: mais pourquoi ne pourriez vous pas travailler…voilà pourquoi…avez vous vu ma photo?

Milieu de la nuit…un nuit comme les 1460 nuits que je viens de passer depuis que ce dentiste m’a blessée…et pas soignée…me condamnant ainsi…à ceci…pour les X jours et nuits…..ca….je ne sais pas combien de temps mon corps peut endurer cela…mais les neurologues me l’annoncent à vie, l’expert dans son rapport dit « peut s’améliorer ou continuer à évoluer ». (cela n’en prend pas la tournure…pourtant je voudrais vraiment lui donner raison sur l’option optimiste de son rapport)…

Lorsque une neuropathie iatrogène du trijumeau fait souffrir à un point tel que l inflammation fait gonfler toute la moitié du visage…et que l on a tellement mal…que durant 4 ans…on ne peut plus s allonger que du côté non souffrant…l infiltration d œdème gagne l autre côté du visage…le principe de vases communicants…

Lire la suite

Pourquoi le groupe Neuropathie du Trijumeau Post Dentaire s’arrête : Un recul pour mieux rebondir.

Le groupe Facebook neuropathie du trijumeau cause intervention dentaire: la fin.

Cette semaine j ai décidé de clore le groupe privé “neuropathie du trijumeau cause intervention dentaire” qui y accueillait de nombreux cas de personnes, devenues patientes à vie, souffrantes à vie…tout comme moi.

Pourquoi cet arrêt du groupe Neuropathie Trijumeau

Ma santé sera le premier point…cette santé se perd….jour après jour. Elle plonge dans les abysses de l épuisement face à cette douleur qui n est jamais jugulée…à ces nuits…pas une nuit de répits …de crises paroxystiques. Ces crises, même si j ai appris à les accepter…à les dompter….à ce que même si elles envahissent mon corps tout entier, elles n envahissent pas mon mental…ces nuits me demandent une énergie constante….pour mettre en pratique les techniques d auto hypnoses enseignées au centre palliatifs contre la douleur…mais à bien d autres techniques encore…comme la respiration, la méditation, le contrôle de soi…

Le Contrôle de la douleur

Petite aparté pour parler du contrôle de soi…car oui, souvent cette douleur est d’une intensité telle, qu’un corps et un mental non préparés montreraient l’image d’une personne hystérique, mentalement déséquilibrée, incontrôlable, agitée, gémissante, ….aux gestes saccadés, parfois même s’effondrant au sol terrassée par une foudre électrique qui traverse la tête.

Et pourtant, quasiment jamais mon entourage ne me voit agir de la sorte…j’ai appris à “geler” mon attitude lorsque cette foudre me traverse la tête, lorsque la sensation de poignard dans l’œil se transforme en sensation d arrachage de l’oeil (énucléation)…mais à quel prix, avec combien d’effort…

Des patients ne sont pas des moutons lorsqu’ils sont éduqués

Cette aparté terminée, , revenons en a nos moutons…que nous ne sommes pas, patients victimes de cette neuropathie iatrogène…moutons que pourtant, certains membres du corps médical voudraient que nous soyons…suivre les instructions à la lettre, même si elle ne nous aident pas…(et que les statistiques montrent bien que notre neuropathie est très récalcitrante) bien nous laisser croire que nous sommes un cas unique, rare, et que vraisemblablement on aime nous laisser à penser que c est notre personnalité qui nous amène à souffrir. Ce qui, bien entendu, est totalement dénié et récrié par l’association internationale d’étude contre la douleur, qui elle, regroupe des centaines de spécialistes du trijumeau blessé à travers le monde, chaque spécialiste soignant des milliers de cas chaque année . Cette dernière clame bien que c’est notre neuropathie iatrogène extrêmement douloureuse qui nous plonge dans un état de co morbidité et de dépression, et certainement pas l’inverse.

Première raison: Une santé qui plonge

Ma première raison pour l’arrêt de ce groupe est clairement ma santé. Je ne sais pas où je plonge, mais j y plonge…dans cet état de dépendance, d’incapacité à exécuter les tâches les plus simples du quotidien…allant même jusqu’à profiter de la visite de mes filles pour “repenser” ma cuisine et ma maison…faire au plus simple, des tiroirs pour ne pas devoir pencher la tête et déclencher une crise ( imaginez…augmenter la pression dans la tête est une torture car déclenchant une crise quasi systématiquement), repeindre un parquet pour ne pas devoir le cirer, acheter un congélateur d’occasion plus grand pour ne pas devoir sortir, faire couvrir la terrasse et l’abriter à 100% du vent afin que je puisse voir le soleil (les jours où mon œil n’est pas trop sensible à la lumière), “m’offrir, même si c’est plus onéreux, un abonnement télé avec d’avantage de chaînes, car mes douleurs crucifiantes me condamnent au canapé (et que la brûlure constante de mon visage ne m autorise pas à porter des lunettes pour lire…), imaginez cette organisation complètement impensable pour une autre personne…devenir une obligation pour pouvoir médiocrement assurer son quotidien, sa survie…car le corps médical qui m’a expertisée, ce même corps médical qui rédige les barèmes médicaux des assurances professionnelles des dentistes (n’appelle t on pas cela un gigantesque conflit d’intérêt sur le dos des victimes au bénéfice de nos bourreaux?) pense qu’ une douleur, si intense soit elle, si constante et invalidante, ne nous a ni coupé les jambes, ni les bras…que des lors, nous pouvons assumer nos tâches quotidiennes…de ménage, de courses, de cuisine (mais messieurs les docteurs, savez vous à quel point simplement passer l’aspirateur, son bruit, la tête penchée, bouger …est une torture? Préparer un repas le plus simple fut il….nous demande un effort démesuré…

Pour une note d’humour…noir, je vais ici faire référence à vos épouses, qui le soir après une journée où elles ont pu courir à la salle de sport avant d aller pour certaines passer une journée de boulot (pour les plus chancardes), puis filer chercher les enfants, gérer la nounou avant sa séance chez le coiffeur ou l’esthéticienne…et le soir, lorsqu’elle vous dit…pas ce soir chéri, j ai mal à la tête…vous trouvez tout à fait normal de ne pas être en mesure d’ avoir une « activité » agréable et relaxante?

Savez vous que pour certains d entre nous, dont je fais partie, il n’y a plus coiffeur, esthéticienne, salle de sport, boulot, ménage (nous restons donc dans un lieu de vie où nous passons le plus clair de notre temps…dans un endroit moyennement propre), plus d’intimité, ces moments relaxants que votre femme vous refuse régulièrement…et que je rêverais tant de pouvoir partager à nouveau avec mon conjoint…conjoint que vous avez….par voie de ricochet..largement lésé aussi…


La Frustration d’un système pas vertueux

Comment réagiriez vous, vous, si soir après soir, votre épouse vous disait, chéri mes symptômes douloureux et effets secondaires des médicaments que l’on m’a prescrits à vie ne me donne ni la force ni l’énergie de faire un câlin, d’aller au cinéma, au théâtre, de faire une balade dans les bois…ou simplement de faire l’amour? Combien parmi vous la quitteriez? Ou, concrètement, combien d’entre vous, si vous êtes dans la tranche d’âge quarantaine, avez vous quitté votre femme car elle avait moi d entrain, ne s’entretenait pas et ne pratiquait plus de sport, avait pris quelqu‘ embonpoint ou était devenue casanière? Combien d’entre vous, par le juge des familles, vous êtes vous vu condamnés à une pension alimentaire qui autorise votre épouse à continuer à vivre une vie dans le confort ? Trouvez vous normal, qu’après avoir entacher gravement la capacité physique et émotionnelle d’un patient, les personnes qui jugent vos actes iatrogènes, je ne parle pas ici de vrai aléa…une erreur peut arriver…je parle bien d’erreur franche et avérée…de manque d’attention au diagnostique, au choix de technique, à la suite des soins négligeants..;parfois sur des périodes prolongées, parfois, comme c’était mon cas, avec risque de mort par infection septicémie), sans soins appropriés durant une demi année; nous ne parlons pas de quelques secondes d’hésitation…mais bien de centaines de jours durant lesquels vous avez été négligeant, avez caché des examens médicaux…comment pouvez vous vous regardez dans un miroir le matin en vous disant que durant toute votre carrière, vous avez payé une assurance professionnelle, et que lorsque vous avez merdé (désolée mais il n’y a pas d’autre verbe) , vous évitiez la faute…la niez, en rigolez même parfois ( des membres de ce groupe que j’arrête me l’ont souvent dit…nos dentistes et médecins rigolent ouvertement de notre condition…à gorge déployée même parfois, j’en suis désespérée chaque fois que je lis ces témoignages en privé ) ..dans tous les cas, vous sentant intouchable, impunissable, protégés par vos confrères ….

L’Impuissance à aider

Les raisons autres que ma santé, vous l’aurez compris en lisant toutes ces lignes, c’est la frustration er le dégoût de devoir, non seulement affronter ce déni….mais voir des wagons de patients dans des conditions similaires….et par cette négligence d’autrui, être impuissante à partager des traitements efficaces, des chirurgies, des alternatives…rien…car il n’y a rien que je puisse partager qui ne soit efficace…jour après jour, je lis des commentaires de personnes que je suis maintenant depuis plus d’un an…dont la santé se détériore, la douleur s’accentue….et chacun s’est vu dire par le corps médical…attendez…un nerf se répare toujours…ça va passer../cette fausse croyance permet au praticien de gagner du temps…de ne pas annoncer un diagnostic franc: je vous ai blessé…actionnons mon assurance…et peut être pour beaucoup, d attendre que le patient soit suffisamment faible qu’il n’aie plus la force d’entreprendre une procédure qui permette d’être indemnisé pour vivre dignement, non pas à la charge de la société ignorante d’où vont ses impôts…mais à la charge légitime de la personne qui les a blessée…

chacun peut se sentir indifférent à la situation de ces patients…pourtant c’est l’affaire de chacun…car chaque année, environ 3600 nouveaux cas par ans vont être blessés…ces 3600 cas…c’est vous, contribuables, qui payez…pour ne pas que les fautifs ne sortent quoi que ce soit de leur poche, ni que les assurances, devenues obligatoires..

Cette situation coûte à la société…elle vous coûte

Faisons un bref calcul, ces blessures sont en nette augmentation avec a vulgarisation de la pose d’implants…en 20 ans, cela fait pas loin de 40000 personnes qui seront à la charge de la société…à la charge des impôts…alors…toujours aussi indifférents?

L’épuisement

Je suis donc épuisée de lire dans cesse de nouveaux patients, toujours, inlassablement les mêmes histoires…et je n ai pas de solution pour eux…sauf celle de faire une procédure face à l ordre concerné, avec copie à l’ordre national, au ministère de la santé et à l association internationale d’étude contre la douleur…il FAUT que ces informations soient centralisées …en dehors de ce pourtant beau pays qu’est la France…car le protectionnisme de cette corporation est outrageant.

Je n’arrête pas le combat…le mien…ni celui de communiquer et traduire des publications qui seront utiles aux praticiens intègres et aux patients souffrants….mais j’arrête ce groupe ou je me sens inutile, impuissante et frustrée …

Ce n’est pas une signature d’abandon

Ne prenez pas cela comme un abandon…mais comme une priorisation, focalisation sur ce qui est essentiel…

Je n’arrête pas…je concentre…j’ai la ferme intention de viruliser…et d’y arriver avant que ma santé ne soit tellement détériorée que je ne puisse plus lutter…

Messieurs, Mesdames les méchants, incompétents, ignorants, refuseurs d’apprendre, ego-nombrilo-idiots…les choses changeront…un mouvement est en marche…les patients savent maintenant…ils ont gagné en puissance…pas par revanche…mais pour comprendre…pour aider leurs prochains…et ce mouvement ne s’arrête pas…nos langues ne vont pas se lier…votre compétence et éthique vont devoir s’accroître.

Le groupe neuropathie du trijumeau post dentaire s’arrête, lAFAT continue, si Hippocrate savait continue…chaque patient individuellement continue…

Que chaque individuel qui a prêté le serment d’Hippocrate se le tienne pour dit…tant qu’il y aura des choses à faire bouger, des connaissances à faire circuler, si elles ne circulent pas par les facultés, les ordres, les systèmes pourtant obligatoires de formations continues…elles circuleront par les patients éduqués, sachant lire…il n’existe pas un monopole de la connaissance…la science est disponible pour tous ceux qui veulent se donner la peine de la lire et la comprendre…aidez nous à faire circuler cette science…partagez…

7 Octobre: s’informer sur la neuropathie post dentaire du nerf trijumeau

Le 7 octobre est la journée des algies du nerf trijumeau.

Le 7 octobre est une date importante et devrait être connue par tous les dentistes, neurologues, chirurgien maxillo-faciaux ou stomatologues.

Voila à quoi ressemble la vie d’un patient dont le nerf trijumeau a été blessé lors d’une intervention dentaire:

7 octobre neuropathie.png

Ce nerf peut être lésé lors d’un traumatisme ou d’une intervention dentaire (qu’il s’agisse d’extraction de 3ème molaire ou de pose d’implant), lorsque ce nerf est blessé, contrairement à une croyance qui se base sur des faits erronés, dans 70 % des cas, ce nerf ne se répare pas sans séquelles, bien au contraire, toute la littérature scientifique internationale décrit cette blessure du nerf trijumeau (neuropathie douloureuse centralisée) est décrite comme hautement invalidante, les patients se retrouvant en co morbidité. Aucun traitement ne vient vraiment à bout de cette neuropathie, les médications sont extrêmement lourdes et invalidantes elles aussi (cette superposition de douleurs est tellement intense qu’elle n’est pas couverte par la morphine, bien souvent non plus par une synergie d’anti épileptiques et autres substances coupant les signaux neurologiques de la douleur). Les chirurgies d’exploration et de réparations sont autant d’échecs et sont dès lors proscrites par les spécialistes.

Pourtant dans la majorité des cas, la prévention, une technique appropriée et un protocole mis en place en urgence en cas de lésion, permettraient d’éviter de condamner ces patients.

Il existe une littérature scientifique très abondante à ce sujet, il n’est des lors plus acceptable de laisser la santé du patient et sa qualité de vie jeopardisées par un manque de connaissance.

Voici un livre « Trigeminal Nerve Injuries » qui est co écrit par de nombreux spécialistes à travers le monde.

premiere de couverture nerve injury.pngCe livre est une mine bibliographique, chaque chapitre site entre 20 et 80 publications scientifiques validées à travers le monde. Il a donc valeur de syllabus pour chaque étudiant en médecine maxillo-faciale ou dentaire. Les formations continues de ces spécialistes dentaires et faciaux devraient imposer un examen basé sur cette bibliographie ; à valider…il en va de la qualité de vie de 3600 patients, bafouée chaque année, a vie (ceci est basé sur les déclarations obligatoires d’actes iatrogènes en Grande Bretagne, en France, aucune statistique, aucune déclaration, ceci est regrettable car lors d’échanges avec des dentistes bien intentionnés, nous découvrons qu’ils ne savent pas, et qu’ils regrettent de ne pas avoir appris) Donnons les moyens à ces dentistes, ces stomatologues ; d’apprendre en diffusant largement cette bibliographie.

4 eme de couverture trigem nerve injury.png

Pour ma part, j’ai fait une intervention pour des dentistes au « Brain and Mind  Institute » de l’Université de Sydney- Australie, et l’intérêt était réel. La grande majorités de ces Docteurs étaient désireux d’en savoir plus. Profitons de ce 7 octobre, journée des algies trigéminales, pour diffuser largement. Vos confrères vous en remercieront, car si c’est un acte définitivement traumatisant pour le patient ; pour le praticien, blesser un patient et le condamner à vie est également traumatisant…certes une assurance professionnelle existe, mais le traumatisme d’un acte manqué est bien réel.

7 octobre, partagez, partagez partagez